Expatrié à Londres

1 juillet 2012

Expatriation à Londres

 

Bonjour, je vous présente Lucie, une compatriote bloggeuse du site Voyages et vagabondages qui vit à Londres en tant qu’expatriée depuis presque 2 ans.

 

Bonjour Lucie,

 

Peux-tu te présenter à nous et aussi ton blog?

Bonjour à tous! Moi c’est Lucie, j’ai 25 ans et j’habite depuis presque deux ans à Londres. J’adore la vie d’expatrié, j’ai déjà vécu dans plusieurs pays et c’est un excellent mode de voyage. Mais j’aime aussi le voyage « pur » et j’essaye de voyager le plus souvent possible dans les limites de mon budget. J’ai créé Voyages et Vagabondages il y a plus d’un an pour parler de voyages et de tout ce qui peut tourner autour. L’évasion par le voyage, par la lecture, le cinéma, par des carnets de voyage, par la photographie… Un blog donc qui inspire au vagabondage, mais aussi un blog voyage pratique avec des infos sur le voyage en mode routard, la vie d’expatrié, etc.

 
Ah tu vis une vie d’expatriée à Londres! La chance, qu’est-ce qui t’as fait faire ce choix?

Cela n’a pas vraiment été un choix, mais plutôt le destin. J’ai terminé mes études en 2009 et j’ai commencé à chercher mon premier emploi sans succès. Au chômage pendant longtemps, j’ai décidé de faire un stage long à l’étranger pour booster mon CV. C’était dans le cadre d’une bourse pour l’emploi des jeunes diplômés chômeurs, offert par la Région Poitou-Charentes. Je voulais partir dans un pays anglophone et on m’a attribué un stage à Londres. Je connaissais un peu la ville, mais sans plus. Je n’avais jamais pensé que je m’y plairai et que je pourrais y vivre, même si je voulais vivre et travailler à l’étranger. Au final, la ville m’a conquise et j’y suis resté !

 

 

Comment était ton anglais en arrivant? Comment a été l’adaptation là-bas?

Je parlais couramment anglais en fait en arrivant. En effet, j’avais déjà été Erasmus pendant un an en Suède et j’avais fait un stage de quatre mois au Québec. L’adaptation à la langue n’a pas été très difficile, à part peut-être pour l’accent britannique. Parler anglais a toujours été un plaisir et cela me manque lorsque je ne peux pas parler anglais tous les jours… Quoiqu’il en soit, vivre à Londres sans parler anglais me paraît difficile, mais l’on s’adapte et on apprend vite en parlant la langue quotidiennement ou en prenant des cours de langue.

 

Quels sont les emplois que tu as fait et les moyens orchestrés pour les obtenir?

Je suis donc arrivée en stage dans une maison d’édition londonienne en tant qu’assistante de production. Le stage a été trouvé par la région et je n’ai pas eu de démarches à faire. Toutefois, trouver un stage à l’étranger (non rémunéré souvent), n’est pas trop difficile. Lorsque j’avais cherché un stage au Canada, j’avais envoyé des emails à quelques dizaines de maisons d’édition et j’avais obtenu une réponse assez rapidement.

Ensuite, je suis passée en tant que traductrice stagiaire dans la même entreprise. Je suis restée six mois stagiaire. Heureusement que j’avais une bourse. Londres est une ville très chère et il aurait été difficile de survivre en tant que stagiaire sans bourse. La même entreprise m’a ensuite engagé en tant que traductrice, puis m’a promu en tant que coordinatrice du département traduction. Et je suis toujours à l’heure actuelle dans la même entreprise ! Autant dire que cela a été assez facile pour moi.

Faire un stage en entreprise ici est un bon tremplin pour trouver un emploi et faire ses preuves. Il m’a semblé qu’à Londres, les employeurs font confiance aux jeunes, quel que soit votre  diplôme ou votre expérience. Il faut être motivé et apprendre vite, car les périodes d’essai peuvent très vite se solder en licenciement. A noter que la crise touche aussi Londres, même si c’est moindre que dans d’autres pays et que Londres n’est plus l’Eldorado qu’il était. Quoiqu’il en soit quelqu’un de motivé aura sans doute plus de chances de trouver un emploi ici qu’en France.

 

Quels sont les conseils que tu pourrais donner aux lecteurs pour mieux s’adapter et trouver du travail à Londres?

Je pense qu’il faut venir avec quelques économies en poche, pour tenir un mois ou deux, voire un peu plus. On ne sait jamais ce qui pourrait se passer et ce serait dommage de plier bagage trop vite.

Travaillez votre anglais régulièrement, sans quoi vous n’y arriverez pas.

Et surtout gardez la motivation, avec une bonne dose de motivation et de chance vous vous en sortirez. Je sais notamment que le porte à porte dans les restaurants et magasins marchent bien. Dans mon entourage, il semble que trouver un petit boulot n’est pas trop dur si vous êtes flexibles sur les horaires et le lieu. Pour un boulot, plus stable dans votre domaine, mieux vaut parler la langue et avoir les compétences requises.

 
Quel a été le plus dur pour toi en venant à Londres et comment as-tu fait pour surmonter tout ça ?

Le plus dur a été le logement. Avec ma bourse, le logement était pris en charge. La première famille d’accueil m’a viré au bout d’une semaine. La dame qui m’a ensuite logé était complètement folle et y vivre six mois a été dur. Ce n’est pas un mythe, les familles anglaises n’accueillent des étrangers que pour l’argent et ne font aucun effort. Il faut donc être chanceux. Par contre si vous visitez Londres pour quelques jours vous pourrez rechercher des hôtels.

Ensuite, avec un vrai salaire, j’ai pu me lancer dans la recherche de logement. Sauf que les prix du logement sont incroyables et que personne ne peut se permettre, ne serait-ce qu’un studio. Tout le monde vit en coloc : un célibataire avec un bon salaire sans plus, même s’il n’est plus tout jeune, vivra vraisemblablement en coloc. Du coup, les coloc ne sont pas forcément des endroits conviviaux et tout le monde vit en coloc pour des raisons financières. Pas facile donc de trouver une coloc amicale… Pour vous donner une idée, rien de surprenant à payer l’équivalent de 700 euros ou plus pour une simple chambre.

Le coût de la vie et cette vie en coloc sans vraiment le vouloir est donc le plus difficile je pense. Malheureusement, on ne peut pas y faire grand-chose. A part se mettre en couple ou avoir une sacrée promotion ! 😉 Pour ma part, j’ai trouvé une coloc sympa, dans une grande maison et idéalement située à 15 minutes à pied de mon travail. Je peux difficilement faire mieux…

 

Petit hors sujet : Comment vois-tu les Jeux Olympiques à Londres et qu’est-ce que tu vas faire?

Je suis très heureuse d’être dans la ville qui va accueillir les JO ! Je n’aime pas le sport à la télé, mais en vrai, c’est tout autre chose ! En plus, il y a un nombre incroyable d’animations culturelles cet été à Londres à cause des JO. Londres, c’est un peu « the place to be » cet été et je vous encourage vraiment à venir profiter un peu de l’atmosphère. Certes, la ville va être bondée de touristes et cela va être un cauchemar pour circuler, mais c’est un faible prix à payer pour pouvoir participer à un tel évènement. J’ai des tickets pour aller voir le judo, le basket et la cérémonie de clôture des Paralympiques. Par ailleurs, je compte bien profiter des écrans géants et des animations dans toute la ville ! J’ai hâte !

Et vous, pourquoi ne pas tentez un séjour Londres?

 

Retrouvez d’autres informations sur l’expatriation en Europe

 

About the author

Fan de voyage, j'ai déjà vécu l'expatriation avec le Visa Vacances travail en Australie où j'ai exercé une dizaine d'emplois, dans ce blog, je vous conseille pour travailler et voyager en même temps

8 Comments

  • voyageuse31 dit :

    Quel succès pour Lucie aujourd’hui ! Elle est partout : http://www.hellocoton.fr/to/nTTm#http://aldona.wordpress.com/2012/07/01/je-suis-jeune-et-jai-quitte-la-france-lucie/
    Il faut que je l’interroge pour un futur article sur les voyageurs Erasmus !
    Ravie de mieux connaître Lucie grâce à ces interviews.

  • Lucie dit :

    Oui décidément tu es partout en ce moment 🙂 Je pense à un truc pour ce qui est des stages, pour ce qui est d’un stage à Londres tu as eu de la chance que le conseil général t’ai trouvé cette opportunité. En général trouver un stage à Londres est difficile, c’est plus facile de trouver un job (ou un vrai emploi permanent). Ils n’ont pas vraiment la même définition de stage, comme en France, bosser pendant 6 mois sans être rémunéré ce n’est pas courant ici. Je suis venue à Londres grâce à un stage, j’ai passé 3 mois à chercher mais aucune réponse au final j’ai demandé de l’aide à mon école à l’époque, effectivement ils ont leurs réseaux. Et même comme ça, il n’y avait qu’une seule opportunité.
    Heureusement, il y a d’autres pays anglophones où on peut faire des stages! 🙂

  • Paris dit :

    Si elles décident de se rendre en Espagne, n’hésitez pas à consulter notre guide hôtel.

    Ps : lien enlevé

  • Odepart UK dit :

    Eh bien profite bien de ton séjour en Angleterre, j’y suis resté quelques mois et le pays est très agréable à vivre (même si entre nous, je n’y serais pas resté toute ma vie 😉 )

  • Guignard dit :

    bonjour, je voudrai partir en angleterre pour travailler. Le probleme est que je ne sais pas par ou commencer? Comment trouver un logement? Un emploi (dans ma branche si possible travaillant en restauration) bref j’aimerai booster mon niveau d’anglais mais je ne sais pas par ou commencer. Est ce que quelqu’un peu m’aider?

3 Trackbacks / Pingbacks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *